MB&F

LM 101 Frost

Frost. Brrrrr! Pour la plupart des gens, le terme de « frost » (gelée ou givre en français) évoque des paysages de matins d’hiver froids et lumineux, avec un soleil qui fait scintiller les pelouses givrées par la condensation du brouillard. Ce givre naturel brille intensément sous l’effet de la lumière qui se reflète sur la surface irrégulière des minuscules cristaux de glace — exactement comme la LM101 Frost brille sous l’effet de la lumière qui se reflète sur ses surfaces irrégulières finement grenées.

Lancée en 2014, la Legacy Machine 101 incarne et souligne ce qu’il y a de primordial dans une montre bracelet : le balancier qui détermine la précision de la régulation, la réserve d’énergie disponible jusqu’au prochain remontage et, bien entendu, le temps qui passe. Dans les nouvelles éditions limitées « Frost », ces éléments essentiels entrent merveilleusement en contraste avec la toile de fond, un cadran scintillant en or grené  — en réalité la platine supérieure du mouvement. La finition matte de cette surface est encore rehaussée par le contraste additionnel créé par la finition polie des lunettes et attaches.

L’invention de la finition grenée est attribuée à Abraham-Louis Breguet. A l’époque, fin XVIIIe-début XIXe siècles, le grenage protégeait les cadrans et les mouvements de l’oxydation, alors plus fréquente, et permettait d’atténuer l’éclat des platines. La méthode traditionnelle impliquait l’utilisation d’acides dangereux. Elle a été largement remplacée par un procédé plus sûr en termes de protection de l’environnement et de la santé : la compression minutieuse des surfaces à l’aide de brosses métalliques. Cependant, c’est un procédé beaucoup plus difficile à maîtriser si l’on veut obtenir une surface uniforme. Rares sont les artisans capables de réaliser un véritable grenage : la plupart des surfaces d’apparence grenée sont en réalité microbillées, ce qui ne produit pas le même impact visuel.

Visuellement, la LM101 Frost est dominée par un grand balancier suspendu qui ressort nettement grâce à cette version plaqué rhodium. Deux cadrans d’un blanc pur, sur lesquels se détachent des aiguilles en or bleui, flottent un peu au-dessus de la platine finement grenée du mouvement : les heures et les minutes s’affichent ainsi en haut à droite, la réserve de marche de 45 heures en-dessous.

Le verre saphir fortement bombé de la LM101 Frost est quasi invisible, créant l’illusion que l’on peut atteindre et toucher l’imposant balancier au pouvoir hypnotique, suspendu à deux arches raffinées. Sculptées dans un bloc massif de métal, ces arches sont polies miroir et demandent des heures de travail à la main.

Au verso de la LM101 Frost, le verre est bombé pour réduire l’épaisseur de la carrure et, visuellement, la hauteur de la montre. Il dévoile un mouvement remarquablement fini à la main, avec ponts et platines aux courbes sensuelles, anglages, chatons en or et vis bleuies. Le style, emprunté aux montres de poche d’autrefois, témoigne de l’importance accordée à la légitimité historique.

Alors que les finitions raffinées du mouvement et la fidélité au passé relèvent de la responsabilité de l’horloger indépendant primé Kari Voutilainen, l’architecture et la construction ont été réalisées en interne par MB&F.

La Legacy Machine 101 Frost est proposée en deux éditions limitées : 18 pièces en or jaune et 33 en or rouge.

Newsletter

S'abonner à notre newsletter