EMC Time Hunter Desert Sage

Le style au service de la fonction
Les EMC TimeHunter Desert Sage appartiennent à la famille UR-Chronometry, qui rassemble les concepts horlogers URWERK dédiés à une précision de marche hors norme. En effet, elles offrent la possibilité unique de mesurer et d’ajuster la bonne marche de leur mouvement. Par essence, une EMC TimeHunter est un double instrument de mesure. Comme une boussole, comme un sextant, comme une machine-outil, son apparence, sa surface même signalent sa nature. L’EMC Desert Sage est taillée dans l’acier et son fond dans le titane. Elle n’est ni ronde, ni carrée, ni coussin, ni même d’aucune des formes inclassables qui sont la signature du design URWERK. Cette « machine » hypra technique épouse les contours de son moteur interne, se plie aux contraintes de ses organes. Elle n’est ni symétrique, ni régulière, ni plate, ni bombée, et pourtant harmonieuse et distinctive. L’esthétique d’EMC obéit à sa fonction, elle transcende les règles pour se créer une personnalité unique. De plus, son capot en acier bénéfice d’un microbillage suivi d’un traitement de type laque céramique, dure et mate. Ainsi, la surface des EMC TimeHunter Desert Sage présente un fini granuleux qui renvoie directement aux équipements militaires.

La lisibilité
Ce fonctionnalisme règne également sur le cadran. Ses surfaces sont noires, mates. Chaque zone d’indication bénéficie de son espace propre et clairement signalé. Chaque unité est peinte au SuperLuminova vert fluorescent, une teinte de type néon qu’URWERK utilise fréquemment pour le parfait contraste qu’elle offre. En plus du cadran principal, quadrillé comme une grenade à main, qui donne les heures et les minutes, les EMC TimeHunter présentent une petite seconde sur disques, graduée de 5 en 5 et située à 1 heure. Elle est complétée par un indicateur de réserve de marche à 7 heures, qui renseigne sur l’état de remontage du mouvement manuel, qui culmine à 80 heures. Les indications liées à la fonction de monitoring chronométrique sont concentrées à 11 heures et signalées par le marquage « EM Control » sur la lunette vissée. La précision de marche y est graduée de -15 à +15. L’unité de mesure y est la seconde d’écart de marche par jour. L’amplitude va de 180 à 330. L’unité en est le degré.

Cœur et cerveau
Au cœur du concept même d’EMC, un système hybride électronique/mécanique fait de chacun de ces garde-temps une pièce totalement unique en son genre, à cheval sur deux univers. Il s’agit d’une montre intégralement mécanique, assistée dans son optimisation par un circuit électro-optique. D’un côté, son mouvement à remontage manuel est issu de l’esprit et des mains d’URWERK. Conçu uniquement pour les collections EMC, le calibre UR-EMC2 est entièrement fabriqué, terminé, assemblé et réglé par URWERK. De l’autre, il intègre un module électronique dont la fonction est de mesurer la marche de la partie mécanique. Il dispose de sa propre source d’énergie, séparée du reste du mouvement. Sur le côté de la boite, un grand levier escamotable remonte une dynamo qui nourrit le micro-circuit de contrôle. Grâce à sa diode laser, il est capable de récolter deux données essentielles du mouvement. Pointé vers le balancier, il lit son amplitude (qui est un indicateur de santé du mouvement) et l’écart de marche (qui est un indicateur de précision), en les comparant à une horloge interne. Elle prend la forme d’un processeur cadencé à 16 MHz et qui sert d’oscillateur de référence, c’est à dire d’étalon. D’un côté, le moteur. De l’autre, l’unité de contrôle. Mais ces deux entités ne sont pas étanches et closes, bien au contraire. Elles sont intégrées, imbriquées et entre les deux, URWERK a créé un accès qui fait d’EMC TimeHunter la seule montre véritablement réglable par son porteur au monde. Une vis de régulation permet d’affiner, à la main, la vitesse d’oscillation du balancier et donc de corriger les variations de chronométrie qui apparaissent immanquablement au fil du temps et sont intimement fonction de l’usage qui est fait de la montre par son porteur. Ce correcteur est situé au dos de la pièce et signalé par la gravure « Fine Tuning ». Il gère le comportement du mouvement en son coeur-même, en modifiant la longueur du spiral réglant.

Newsletter

S'abonner à notre newsletter