FERDINAND BERTHOUD

FB1 OEUVRE D'OR

Allégorie de la préservation du patrimoine

Celui-ci existait préalablement en deux versions d’or : or gris avec cornes en titane (FB 1.1) et or rose avec cornes en céramique noire (FB 1.2). Aujourd’hui, la collection s’enrichit de deux variations additionnelles. Elles reprennent les métaux précieux de leurs aînées, respectivement or gris (FB 1.1-2) et or rose (FB 1.2-1), et leur offrent aujourd’hui des décorations inédites.

Ces nouvelles finitions, intégralement réalisées à la main, concernent à la fois le cadran et ses gravures, ainsi que les semi-ponts du mouvement, entièrement façonnés en or 18 carats. La version en or gris est également la toute première création sertie de la Chronométrie Ferdinand Berthoud.

Ces deux nouvelles éditions sont exclusivement limitées à cinq exemplaires chacune. Elles sont directement inspirées d’une pièce conçue par Ferdinand Berthoud, la montre de poche astronomique N° 3, assemblée et réglée en 1806 à Paris par son élève Jean-Martin. Elle se trouve aujourd’hui dans la collection du L.U.CEUM à Fleurier.

Une démarche philosophique

Le Chronomètre FB 1 est la première création de La Chronométrie Ferdinand Berthoud. Entièrement réalisé au sein de la manufacture à Fleurier, il est le fruit de nombreuses années de développement.

Son boîtier à pans coupés est inspiré de l’architecture des chronomètres de marine conçus par Ferdinand Berthoud à partir de 1760. C’est à cette date, le 13 décembre précisément, qu’il dépose à l’Académie Royale des Sciences un « Mémoire sur les principes de construction d’une Horloge de Marine ». Ce mémoire établit les bases de la toute première horloge marine de Ferdinand Berthoud, achevée l’année suivante, en 1761. Pendant plus de quarante-cinq ans, Ferdinand Berthoud en perfectionnera les mouvements pour atteindre la plus grande précision chronométrique.

La collection FB 1 de la Chronométrie Ferdinand Berthoud rend hommage à ces travaux et aux mouvements pionniers de la précision chronométrique. Son boîtier s’inspire des Horloges Marines de Ferdinand Berthoud, en particulier de leur suspension à cardan qui permettait aux chronomètres de bord de rester en permanence en position horizontale.

Le mouvement y est placé au centre d’un conteneur étanche et présente une architecture caractéristique en piliers. Cette technique de fixation des ponts à la platine n’était plus utilisée jusqu’à nos jours. Elle allège la structure du mouvement et permet, par la même occasion, une vision très ouverte des détails et finitions de ce dernier. Ce mouvement 100% manufacture comporte trois particularités.

 

 

 

Un parti pris technique audacieux

Tout d’abord, le mouvement comprend une construction de type chaîne – fusée suspendue inédite. Cette dernière permet de délivrer une force constante à l’échappement, tout au long de la marche du mouvement, depuis son premier tour de couronne jusqu’à son remontage complet, permettant ainsi d’atteindre 53 heures de réserve de marche.

Ensuite, le calibre est équipé d’un tourbillon à seconde directe. Le tourbillon en lui-même permet de compenser les variations de marche induites par les différentes positions auxquelles devra s’adapter une montre-bracelet, plusieurs dizaines de fois par jour. La seconde directe est quant à elle rendue possible par la corrélation entre la roue de seconde et la roue entraîneuse de la cage de tourbillon, toutes deux parfaitement identiques et visibles côté cadran.

Enfin, le calibre FB-T.FC est doté d’un indicateur de réserve de marche au fonctionnement atypique. Il repose sur un cône mobile qui, associé à la rotation du barillet, monte et descend en fonction du niveau d’armage de la pièce. Un bras mobile (palpeur), muni d’un rubis à son extrémité, en prend la mesure avec une extrême exactitude, qu’il transmet ensuite à une aiguille visible côté cadran.

La précision de chaque mouvement est attestée par un certificat de chronométrie délivré par le bureau du Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC).

Les particularités uniques du mouvement Ferdinand Berthoud font l’objet de quatre dépôts de brevets.

Ces deux nouvelles éditions limitées à cinq exemplaires chacune reprennent intégralement le mouvement originel du Chronomètre FB 1, tout en y apportant des décorations totalement exclusives. La première édition limitée, nommée FB 1.1-2, possède plusieurs finitions inédites.

Newsletter

S'abonner à notre newsletter